Un micro-espion 10 ou 400 mW sur secteur 230 volts

Ce micro-émetteur UHF, réalisable en version 10 ou 400 mW, permet de retransmettre les sons qu’il capte dans un rayon de plusieurs centaines de mètres. Alimenté en 230 V donc parfaitement autonome, il est conçu pour se loger dans le fond d’un boîtier double rectangulaire pour prises secteur. Une fois les prises montées, la discrétion est totale.

Figure 1 : Schéma électrique du micro-espion.

Avec ce micro-espion, vous obtiendrez deux avantages indéniables : une autonomie infinie et un parfait camoufl age du circuit. Il est réalisable en deux versions, 10 mW pour une portée de 200 à 300 mètres et 400 mW pour une portée voisine du kilomètre !

Le schéma électrique
Le schéma électrique de notre micro-émetteur visible en figure 1. Il est tout de suite possible de voir les deux versions : la partie de gauche est la version de base 10 mW, la partie de droite est l’amplificateur 400 mW.

L’alimentation
Nous avons prévu une alimentation de 12 V 180 mA capable aussi bien de faire fonctionner la version 10 mW que celle de 400 mW. TF1, un classique transformateur 230 V / 50 Hz de 2 VA délivrant au secondaire un 12 V alternatif fera donc l’affaire. La tension redressée par le pont de diodes PT1 sera appliqué, une fois lissée par le condensateur C1, au régulateur U1 de 12 V. L’ensemble L1/C3 forme un filtre passe bas qui bloque les fuites HF qui pourraient faire auto-osciller le régulateur U1.

L’émetteur
Le montage proposé ici est un micro-émetteur UHF ultra-stable, en modulation de fréquence. Il offre une excellente fidélité sonore qui vous permettra d’écouter les voix mais aussi tous les sons et bruits émis dans la pièce dans laquelle il se trouvera.
Ses dimensions réduites sont directement liées à l’emploi du maintenant célèbre module Aurel TX-FM audio. Cet hybride (U2) de 16 broches en S.I.L. (single in line), intègre un modulateur de fréquence, un oscillateur SAW de 10 mW sous 50 ohms travaillant à 433,75 MHz pour répondre aux normes CE ETS 300 220 même si, dans notre cas, cela compte peu. Notre module accepte en entrée (broche 4) un signal typique de 100 millivolts d’amplitude. Dans notre application, c’est notre microphone préamplifié avec son étage amplificateur à transistor monté en émetteur commun qui nous les procure. Si on rentre un peu dans le détail, le transistor NPN T1 associé aux résistances R5, R4 et la résistance de contre réaction R3, forment un amplificateur avec un gain d’environ 40. Plus que suffisant pour garantir une très grande sensibilité sachant qu’un micro électret fournit à sa sortie quelques millivolts (une dizaine).
Notez qu’une légère amplification permet de maintenir un bon rapport S/B (signal/ bruit) et aussi de diminuer les bruits et les interférences générées par le secteur qui, dans notre cas, seront plus présentes. Le microphone MIC est alimenté en 5,1 volts par l’intermédiaire de la zener DZ1 et des résistances R1 et R2. L’électrolytique C4 filtre les éventuels bruits du secteur 50 Hz afin d’éviter qu’ils ne soient amplifi és en même temps que le signal du microphone.
Les condensateurs C5 et C6 permettent de transmettre le signal en bloquant la composante continue. C5 transmet le signal à l’amplificateur formé par T1 et C6 à l’entrée BF (broche 4) de l’émetteur hybride U2. Le choix des valeurs des condensateurs n’est pas innocent car ils ont aussi le rôle de couper le 50 Hz. Dans cette application, le module U2 travaille dans la configuration typique à l’exception de la partie filtrage que nous n’avons pas utilisée. A la place du filtre passe-haut nous trouvons le réseau résistif (R6/R7) qui atténue le signal d’entrée du démodulateur FM. En augmentant R6, on diminue la sensibilité et inversement.

La version 10 mW
Si on veut se contenter de la version 10 mW, il suffira de connecter l’antenne à la pastille marquée "10" sur la figure 2. Un simple quart d’onde (17 cm) confectionné avec un fil rigide suffira. On ne montera pas U3, R8, R9 et C7.

La version 400 mW
La version 400 mW n’est ni plus ni moins que la version 10 mW à laquelle on a ajouté un amplificateur de puissance.
Si l’on regarde le schéma de principe visible en figure 1, on le constatera aisément. A la broche 15 de U2, au lieu de connecter l’antenne, on récupère le signal HF pour attaquer l’entrée de l’amplificateur U3, le PA433, également fabriqué par la société Aurel. Ce dernier est un booster travaillant à 433 MHz capable de fournir une puissance HF voisine des 400 mW sous une charge de 50 ohms. L’antenne, dans cette version, sera raccordée sur la broche 14 de U3. Bien entendu, il ne faudra pas oublier de monter R8, R9 et C7 ainsi que le strap reliant la broche 15 de U2 à la broche 2 de U3.

La réalisation pratique
Le montage ne présente aucune difficulté particulière. Il suffit de monter les composants dans l’ordre habituel, des plus bas vers les plus hauts. Aucun réglage n’est nécessaire (mis à part, éventuellement, la sensibilité du microphone comme nous avons vu plus avant). N’oubliez pas le blindage entre le transfo et la parte HF.

Figure 2 : Schéma d’implantation des composants version 10 et 400 mW.

Figure 3 : Photo d’un des prototypes du micro-espion version 400 mW.

Figure 4 : Dessin, à l’échelle 1, du circuit imprimé du micro-espion sur secteur.

Liste des composants
R1 ...... 820 Ω
R2 ...... 4,7 kΩ
R3 ...... 470 kΩ
R4 ...... 4,7 kΩ
R5 ...... 100 Ω
R6 ...... 22 kΩ
R7 ...... 2,2 kΩ
R8 ...... 100 kΩ
R9 ...... 5,6 kΩ
C1 ...... 470 μF 25 V électr.
C2 ...... 1000 μF 16 V électr.
C3 ...... 100 nF multicouche
C4 ...... 100 μF 25 V électr.
C5 ...... 100 nF céramique
C6 ...... 100 nF céramique
C7 ...... 100 nF multicouche
DZ1 .... zener 5,1 V 0,5 W
T1....... BC547B
L1....... Self de choc VK200
U1 ...... régulateur 7812
U2 ...... module Aurel TX-FM AUDIO
U3 ...... module Aurel PA433
PT1..... pont de diodes 1A
TF1 ..... transfo. 2 VA 230/12 V
MIC..... capsule micro préamp.

Divers :
1 ........ bornier 2 pôles
1 ........ Antenne 17cm (fil émail. 12/10)

1 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...