Schémas à base de circuits intégrés NE555



Ces petits schémas ayant l’air de vous plaire énormément (vous avez ainsi plébiscité nos montages BF à transistors et FET), dans ce numéro Spécial Eté nous allons vous en fournir à foison ! Et ne croyez pas qu’il ne s’agisse que de “gadgets”, certaines des réalisations de ce numéro pourront même intéresser les professionnels. Voyons d’abord une série à base du fameux NE555 (qu’on ne présente plus, comme on dit dans les cocktails chics). Eh bien nous si ! Nous allons commencer par vous le présenter. Plus loin nous ferons de même avec le NE602 –le Poulidor des ci.

Pendant que vous faites chauffer vos fers, rappelons que –contrairement à ce qui s’est fait ailleurs (je parle au passé car ils en sont morts)– tous nos schémas sont conçus par un bureau d’étude professionnel appointant des ingénieurs et techniciens de haut niveau, puis réalisés en plusieurs prototypes ; par conséquent vous pouvez vous lancer dans leur construction sans appréhension, d’autant que vous êtes assurés de bénéficier du soutien du revendeur auprès duquel vous aurez acquis le matériel (voyez les publicités dans ces pages), par courriel ou ligne chaude, comme disent nos amis québécois.

Le circuit intégré NE555
Le NE555 est un temporisateur (“timer”) oscillateur d’emploi universel : il donne un résultat optimal dans d’innombrables applications. Si l’on pouvait voir à travers son boîtier de plastique noir (voir figure 1), on y trouverait deux amplificateurs opérationnels comparateurs reliés à un FLIP-FLOP pilotant un “buffer” (tampon, broche de sortie 3), plus un transistor dont le collecteur arrive à la broche 7. On applique sur la broche 8 la tension d’alimentation positive (entre 9 et 15 V) et le négatif sur la broche 1.

Figure 1 : Schéma synoptique interne du circuit intégré NE555 et brochage de ce dernier vu de desus et repère-détrompeur en U vers le haut.

Les schémas électriques et les réalisations pratiques
Pour plus de clarté nous avons disposé à la suite le schéma électrique et la réalisation pratique de chaque application avec, bien sûr, la liste des composants (format fiche…numéro Spécial Eté oblige !). Vous trouverez en outre dans ces fiches, chaque fois que ce sera nécessaire, les formules permettant de calculer les fréquences et les temps (eh non, les Cours ne s’arrêtent pas chez ELM, pas même l’été !).

Note : quand vous vous servez de nos formules, ne vous trompez pas dans les unités et au besoin sachez les convertir.

Pour les condensateurs, partez du pF : 1 000 pF = 1 nF ; 1 000 nF = 1 μF ; par contre 1 000 μF = 0,001 F ; c’est 1 000 000 μF = 1 F (unité non ou peu utilisée).
Pour les résistances 1 000 ohms = 1 k ; 10 000 ohms = 10 k ; 100 000 ohms = 100 k ; 1 000 000 = 1 M ; donc 10 M = 10 000 000 ohms (dans les listes des composants nous ne mettons pas l’unité quand ils s’agit d’ohms en quantité inférieure à mille, par exemple 820, alors que nous écrivons 1 k, 4,7 k ou 1,5 M).
En ce qui concerne la réalisation pratique, pour cette série à base de NE555, nous vous fournissons les dessins des circuits imprimés.
Pour la série suivante, à base de NE602, il faudra vous lancer dans le dessin, la gravure et le perçage (ce qui n’est vraiment pas difficile !) à moins que vous ne préfériez utiliser des plaques d’époxy percées à bandes ou à pastilles.
Comme d’habitude, quand vous aurez devant vous le circuit imprimé, commencez par insérer les picots (avec un marteau et en vous appuyant sur un support rigide doté d’un petit trou, par exemple une planche de bois dur de 10 cm x 20 cm x 2 cm percée d’un trou de 8 mm ; placez le circuit imprimé sur la planche, le picot à enfoncer devant correspondre au trou) puis soudez-les. Insérez ensuite le support du NE555 (2 x 4 broches) et vérifiez bien ces premières soudures (ni court-circuit entre pistes ou pastilles ni soudure froide collée).
Puis montez toutes les résistances, les diodes (y compris zener et LED, attention à la polarité), les petits condensateurs puis les gros (attention à la polarité des électrolytiques), les transistors, les relais, les poussoirs, les trimmers, les potentiomètres, etc. et terminez par les périphériques (comme les borniers) et les connexions avec les composants de face avant et panneau arrière (après avoir installé la platine dans un boîtier adéquat préalablement percé et préparé).
Prévoyez l’alimentation du circuit par un bloc secteur de bonne qualité fournisant une tension continue entre 9 et 15 V (typiquement 12 V) ou pile/ batterie rechargeable 6F22 de 9 V.
Enfin, profitez de l’été, de ce Spécial Eté en tout cas, pour revoir votre Cours…qui se poursuit d’ailleurs (voir à la fin de ce numéro) : apprendre en s’amusant, c’est notre devise et ce sera peut-être pour vous le défi de ces vacances.
Bon, le fer est chaud, allons-y:


Un double clignotant à LED
   Un traceur de signal simple
   Un interrupteur crépusculaire
   Une alarme sonore sensible à la lumière
   Un convertisseur de tension 12 V positif / 8-9 V négatif
   Un convertisseur élévateur de tension
   Un temporisateur à durée fixe
   Un temporisateur à commandes start et stop
   Un buzzer d’appel et d’alarme
   Un métronome

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...