Une surveillance vidéo à partir de deux visiophones (téléphones portables UMTS)

Comment utiliser la téléphonie UMTS pour surveiller à distance un lieu à risque (vol, enfants seuls, …) ; pour cela, il suffit de porter sur soi un téléphone portable vidéo (visiophone UMTS) et d’en placer un autre (couplé à notre montage) dans le lieu à surveiller (appartement, chambre, magasin, etc.) : LG en propose deux modèles économiques, les U8330 ou U8180 (mais d’autres conviennent aussi) ; il suffit, répétons-le, de lui adjoindre notre petite interface ET608.

Figure 1 : Schéma électrique de l’interface pour surveillance vidéo UMTS.

Eh bien c’est fort simple : nous avons choisi des visiophones LG car ils comportent une entrée mains libres à jack 3,5 et ne nécessitent donc pas un connecteur spécifique … et de ce fait ruineux ! De plus, les deux modèles cités étaient en promo, mais vous pouvez en choisir d’autres après vous être assurés qu’ils possèdent bien cette entrée mains libres à jack 3,5 : le mieux est d’aller chez Orange, SFR ou Bouygtel pour vous en assurer, car le site LG France est muet sur ce chapitre et les sites des trois fournisseurs cités ci-dessus encore davantage ! Comme le montre la figure 2, un jack mâle 3,5 mm débarrassé de sa protection plastique est soudé directement sur les picots notés AURICULAIRE de la platine , il permet de relier sans câble de liaison particulier, directement, la platine de l’interface à l’entrée mains libres du visiophone UMTS LG. Quand vous appelez le visiophone relié à l’interface, le téléphone UMTS court-circuite un instant la ligne du microphone de l’entrée pour kit mains libres, cela simule la pression du poussoir normalement présent sur cet accessoire et permet de “répondre” de manière automatique.
Pour savoir ce qui se passe sur le lieu à surveiller, il suffit d’appeler ce visiophone “espion” relié à son interface. Afin de ne pas modifier physiquement ce dernier (pour ne pas nous en interdire une utilisation ultérieure), nous détectons l’arrivée d’un appel au moyen d’une photorésistance montée sur la platine et qui “regarde” de toute sa surface photosensible l’écran du visiophone ; en effet, quand le téléphone reçoit un appel, il s’illumine (n’oubliez pas cependant d’habiliter cette fonction).
La photorésistance doit être placée dans un tube dont l’unique orifice sera tourné vers l’écran pour qu’elle ne soit sensible qu’à la lumière du LCD et non à la lumière ambiante.
C’est le programme résident du PIC12F675 qui contrôle la prise de ligne et l’envoi des données (images et sons) ; il comporte en outre un sous programme de réglage de la sensibilité de la photorésistance (trimmer R3). Ce programme est très important car il s’agit d’éviter que le circuit ne pousse le téléphone à effectuer un appel : pour cela on a prévu une procédure que le programme lance si, au moment de la mise sous tension du circuit, P1 est pressé (P1 est le micropoussoir qui met l’entrée d’alarme IN en court-circuit). P1 est maintenu pressé jusqu’à ce qu’apparaisse une séquence de cinq clignotements de la LED verte et dix de la LED rouge ; on relâche alors le micropoussoir, on obtient cinq autres clignotements de la LED verte (qui doit ensuite s’allumer fixe) et on appelle ce téléphone.
Si le seuil de sensibilité est juste, la LED rouge s’allume quand la photorésistance détecte l’illumination du LCD du téléphone, puis elle s’éteint alors que la verte reste allumée, lorsque l’écran du téléphone n’est plus illuminé.
Si une telle alternance d’allumage des LED rouge et verte ne se produit pas, tournez lentement l’axe du trimmer R3 dans un sens et dans l’autre jusqu’à trouver la position où elle se produit comme décrit ci-dessus ; vous pouvez alors interrompre l’appel et presser à nouveau P1 pour sortir de la procédure de réglage. L’interface et son visiophone sont alors en mesure d’être mis en service car il sont prêts à répondre aux appels et à envoyer les informations qu’on leur réclame sur ce qui se passe localement. En fait cette unité distante établit une connexion vidéo. Chaque fois que l’illumination du LCD est détectée, le programme résident, à travers GP2 et T1, active le contact du microphone et le téléphone comprend qu’il doit “répondre” (simulation de la pression du poussoir du kit mains libres).
Mais cette interface peut aussi, en cas d’alarme, appeler "de son plein gré" le dernier numéro de téléphone présent dans la liste. En effet, en parallèle avec P1 se trouve une entrée IN destinée à recevoir un capteur PIR ou à être reliée à une centrale (contact normalement ouvert uniquement). Quand ce contact se ferme (à cause par exemple d’une intrusion dans le lieu à surveiller), le visiophone envoie images … et sons.
Eh oui, c’est à cette dernière utilisation qu’est destinée la présence sur la platine de l’interface d’une petite (mais efficace) capsule electret MIC1.
L’usager est ainsi averti qu’il se passe quelque chose et le visiophone distant lui dit quoi en audio et en vidéo. Attention, pour que cet appel arrive sur le visiophone que vous portez sur vous, vous devez faire en sorte que votre numéro de téléphone soit le dernier sur la liste des appels (entrants ou sortants confondus) du visiophone distant ; il suffit pour cela de l’appeler avec le téléphone que vous avez sur vous et de raccrocher ! Après avoir reçu un appel du visiophone distant, quand on en a assez vu et entendu, il convient de presser la touche de fin d’appel, sinon le visiophone distant continue son appel jusqu’à épuisement de sa batterie ou de sa carte SIM.
Pour construire cette interface pour surveillance vidéo UMTS, vous ne rencontrerez aucune difficulté. Le microcontrôleur est disponible déjà programmé chez certains de nos annonceurs, ainsi que les autres composants. Pour le réglage, relire les lignes qui précèdent.

Figure 2 : Photo d’un des prototypes de la platine de l’interface pour surveillance vidéo UMTS.

On remarque le jack mâle stéréo 3,5 mm débarrassé de son canon de protection et soudé sur les picots de la platine. En dessous la photorésistance (protégée de la lumière ambiante par un fourreau opaque) et en haut la capsule electret préamplifiée.

Liste des composants ET608
R1...... 4,7 kΩ
R2...... 47 kΩ
R3...... 220 kΩ trimmer
R4,R5... 470Ω
R6...... 4,7 kΩ
R7...... 10 kΩ
R8...... 47 kΩ
FR1 .... photorésistance 10 kΩ
C1...... 100 nF multicouche
C2...... 220 μF 16 V électrolytique
U1...... PIC12F675-ET608 déjà programmé en usine
D1...... 1N4007
LD1 .... LED 3 mm verte
LD2 .... LED 3 mm rouge
T1 ..... BC547
MIC1 ... capsule microphonique préamplifiée
P1...... micropoussoir

Divers :
2 borniers deux pôles pour ci
1 jack mâle stéréo 3,5 mm
1 support 2 x 4 broches

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...