Une titreuse vidéo en temps réel programmable par PC 2ème partie et fin : le programme

Voici une petite description du programme en Visual Basic, servant à piloter en temps réel le gen-lock vidéo présenté dans la première partie.
L’utilisation de ce logiciel permet d’éditer, de manière très simple, les inscriptions et autres informations à superposer à l’image vidéo.


A été juger par les nombreux appels reçus par la rédaction durant ces dernières semaines, le montage de la titreuse vidéo en temps réel proposé en première partie a “frappé juste”. A l’évidence, les amateurs qui se penchent sur ce domaine et qui sont désireux de construire des dispositifs capables d’élaborer des signaux vidéo, sont nombreux.
Parmi les appareils de ce secteur, le gen-lock est certainement l’un des plus recherchés car il permet de superposer à n’importe quel signal composite une ou plusieurs inscriptions, fixes ou en mouvement. En effet, le texte en surimpression, que l’on a l’habitude de voir dans les émissions de télé, est généré par des circuits de ce type.
Les performances et le coût des gen-lock que l’on trouve dans le commerce varient considérablement selon leur modèle. De toute façon, même les appareils les moins performants coûtent cher. C’est peut-être pour cette raison que notre montage, d’un coût plutôt réduit, a eu tant de succès.
Il faut peut-être considérer, comme autre raison de cet intérêt, la simplicité du circuit.

Petit rappel
Le “coeur” du dispositif est le circuit intégré STV9426, généralement utilisé dans les téléviseurs ainsi que dans les magnétoscopes pour générer des inscriptions et des symboles graphiques.
Il appartient, en fait, à la famille des OSD, c’est-à-dire des “On Screen Display” (affichage à l’écran). Ce microprocesseur contient un tableau de caractères que l’on peut sélectionner par l’intermédiaire d’une ligne de contrôle sur bus I2C.
Grâce à cette même méthode, on peut également définir les paramètres du caractère, les configurations des différents registres, etc. Il faut préciser que, même si le composant est capable de reproduire un texte en 8 couleurs, notre gen-lock ne génère que des caractères blancs.
Pour synchroniser les inscriptions générées et le signal vidéo, il est nécessaire d’utiliser la synchro verticale et la synchro horizontale de ce dernier, pour les envoyer au circuit intégré STV9426. Cette opération est gérée par un séparateur de synchronisation de chez Elantec.
L’appareil contient également un microcontrôleur nécessaire pour convertir les informations sérielles en commandes sur bus I2C pouvant être réceptionnées par le STV9426 car, malheureusement, ce microprocesseur n’accepte des instructions que si elles sont dans son format spécifique, ce qui nécessite une interface.
Ceci est le seul vrai défaut de ce produit, car il oblige l’utilisateur à écrire de laborieuses commandes en QBasic, dont la frappe et l’envoi nécessitent du temps, ce qui n’en facilite pas l’utilisation.

Figure 1 : Le gen-lock permet de superposer une inscription, qui reste fixe ou qui défile, sur n’importe quel signal vidéo.

Le programme
C’est pour cette raison que nous avons décidé de développer un programme, fonctionnant sous Windows 95/98, avec lequel même un simple opérateur vidéo amateur pourra titrer des images sans la moindre difficulté.
Le logiciel permet d’écrire automatiquement la date et l’heure et, manuellement, jusqu’à 4 phrases en les spécifiant à l’aide d’une procédure très simple et en choisissant leur position sur un écran virtuel représentant ce que l’on verra superposé à la vidéo reproduite par la télé ou le moniteur.
Les textes peuvent rester fixes ou bien défiler à l’écran, du haut vers le bas et vice-versa, de gauche à droite et le contraire. Un mode “aléatoire” est également prévu, ainsi qu’un mode “à suivre”. Dans le premier cas, le texte se déplace de façon aléatoire, tandis que dans le second, il suit le curseur de la souris.
Une série de menus permet également la sélection du port série auquel est connecté le gen-lock, ainsi que le choix de la langue à utiliser, choix pouvant être effectué entre l’italien, l’anglais, le français, l’allemand et l’espagnol.
Etudions maintenant ce programme, en commençant par son interface vers l’utilisateur.
En cliquant sur son icône, on démarre la vidéo principale qui contient, en haut à gauche, un rectangle qui représente l’écran de l’image à titrer, à côté, les positions pour les coordonnées de départ des textes en horizontal et en vertical, le curseur pour la sélection de la vitesse dans les modes qui prévoient le déplacement des inscriptions, et celui pour le réglage de leur luminosité.
Au centre, on trouve les cases de sélection des 4 phrases possibles, à l’aide des boutons virtuels pour l’envoi et l’arrêt.
Il y a ensuite les commandes générales de stop et d’envoi, concernant les instructions données au gen-lock.
Des touches spéciales permettent aussi la modification de la date et de l’heure, ainsi que la possibilité de superposer ou de les éliminer de la vidéo.
Avant de passer à l’étude de chaque cas, voyons quelques remarques communes à tous les textes : les positions s’effectuent à partir du clavier et à l’aide de la souris, il faut donc sélectionner à chaque fois le domaine sur lequel on souhaite intervenir.
Quant aux textes, on bénéficie de 4 inscriptions en dehors de la date et de l’heure : pour choisir celui sur lequel opérer, il faut pointer puis cliquer sur la case correspondante, c’est-à-dire sur celle immédiatement en dessous de l’inscription qui l’identifie.
Par exemple, pour retoucher ou déplacer l’heure, il suffit de cliquer sur la case “Heure”, après quoi, toutes les opérations effectuées jusqu’à la prochaine sélection concerneront la visualisation de l’horloge.
En démarrant le programme, la configuration par défaut permet de visualiser la date et l’heure : pour le démontrer, l’écran virtuel montre les positions qu’occuperont les deux informations dans l’image (la première en haut à gauche et l’autre, en haut à droite).
En cliquant sur le bouton d’envoi, on permet l’insertion, tandis qu’avec le stop, on élimine l’information.
Commençons par la date : pour en empêcher la visualisation, on clique sur “Stop Date” et pour la faire réapparaître, on clique sur “Envoi Date”. Si on veut éditer une nouvelle date, il suffit de cliquer sur le cadre correspondant.
On peut alors écrire le jour, le mois et l’année souhaités dans la case blanche.
La modification deviendra opérationnelle seulement après avoir cliqué sur “Envoi Date”, qui aura, dans ce cas-là, la même fonction que “ENTER”.
En ce qui concerne l’heure, le processus est identique.
Quant au titrage, le logiciel permet jusqu’à 4 lignes de 34 caractères chacune. On édite ces textes en cliquant sur la case correspondante. Elle permet soit d’en introduire un nouveau, soit d’en modifier un déjà existant.
Une fois le texte tapé, pour le visualiser, il suffit de placer le curseur dessus puis de cliquer sur le bouton d’envoi.
Si on appuie sur “Stop”, la phrase disparaît de l’écran. Supposons, par exemple, que l’on souhaite écrire “Essai texte 1”. Pour ce faire, il faudra cliquer sur la case qui se trouve en dessous de “Texte 1”, puis de taper la phrase “Essai texte 1” à l’aide du clavier.
En plaçant le curseur sur “Envoi Texte 1” et en cliquant, ce que nous avons introduit apparaîtra en haut de l’écran, c’est-à-dire sur l’image à laquelle se réfère le signal.
Les positions par défaut se trouvent à 0, aussi bien à l’horizontale qu’à la verticale, ce qui implique que le texte viendrait se superposer à la date. Pour le déplacer dans la zone de l’écran que l’on veut, il suffit d’agir sur les valeurs X et Y, en cliquant sur les cases correspondantes et en écrivant les valeurs désirées à l’aide du clavier.
A ce sujet, rappelons que le déplacement maximal en vertical est de 13 (parce que le gen-lock peut introduire 13 lignes) et de 33 en horizontal (ce qui correspond au nombre de colonnes admissibles).
Des valeurs supérieures à celles-ci empêcheraient de voir le texte à l’écran.
Souvenez-vous également qu’à partir du moment où l’on clique sur la case d’une inscription, de la date ou de l’heure, jusqu’au moment où l’on clique sur une autre case, toutes les modifications effectuées à partir du panneau de commandes, ainsi que les choix opérés à partir du menu, sont dorénavant pris en compte pour cette inscription.
Les flèches qui se trouvent sur les échelles de luminosité et de temporisation permettent de modifier, la première, l’intensité lumineuse des inscriptions, et la seconde, la vitesse de déplacement si on a choisi l’une des options du menu “Mouvement”.

Figure 2: Cette capture d’écran met en évidence toutes les possibilités qui vous sont offertes par notre logiciel.
Par l’intermédiaire des menus déroulants, on peut choisir le port de communication, l’inscription sur laquelle on désire intervenir, ses caractéristiques, etc.


Figure 3 : Pour tester le gen-lock, mais également pour l’utiliser en pratique, nous avons réalisé un “circuit connecteurs”, muni, sur ce modèle, de connecteurs en bande sécable au pas de 2,54 mm, pour recevoir la carte principale.
Ce circuit dispose de connecteurs RCA pour l’entrée et la sortie du signal vidéo composite, du connecteur DB9, nécessaire pour l’interface série avec le PC, et de la prise alimentation.


Les menus
“Fichier” permet de sauvegarder un titrage dans un fichier “.txt” mais également d’en charger un, provenant d’un fichier similaire.
“Com” sert à choisir le port série : une fois effectuée la sélection, il faut cliquer sur “Ouvrir” afin d’activer la communication.
“Inscription” permet de choisir directement le texte à visualiser ou à placer.
“Mouvement” sert à faire déplacer le texte sélectionné en choisissant parmi les différentes options.
“Langue” permet de choisir la langue utilisée par le programme pour les affichages sur les fenêtres.

Fin.

1ère Partie

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...