Comment émettre et recevoir en PSK31 ? Le logiciel 2ème partie et fin

Voici la suite et la fin de l’article sur le logiciel PSK31. Ce logiciel de modulation/démodulation, associé à l’interface décrite dans le précédent numéro, vous permettra de capter toutes les émissions effectuées dans ce mode et, si vous disposez d’une licence vous y autorisant, d’établir des QSO (liaisons) avec les radioamateurs qui le pratiquent.


Les fenêtres Call, Name, Freq., etc.
Sous la barre des menus, vous trouvez une barre formée de plusieurs cases (figure 27) dans lesquelles vous pouvez taper les informations relatives à vos QSO :
Call : Dans cette case, il faut taper l’indicatif de votre correspondant. Il sera utilisé dans les macros quand vous passerez en émission. L’indicatif peut être tapé directement ou bien glissé à partir de l’écran de réception ou bien encore inséré automatiquement par un double clic gauche sur le mot sélectionné (dans ce cas, la fonction “Auto text select” doit être habilitée : voir figure 28).
Quand vous insérez un nouvel indicatif, le précédent est effacé.
Name : Dans cette case vous pouvez insérer le nom de votre correspondant.
Freq - PWR - RST - MyRST - Note : Dans ces cases vous pouvez insérer les informations que vous voulez enregistrer.
Dans la case “Freq”, la fréquence, dans la case “PWR”, la puissance en watts de l’émetteur, dans la case “RST”, les chiffres indiquant la compréhensibilité, l’intensité, la tonalité. Si, après avoir tapé les données dans les cases, vous allez au menu “File” et choisissez l’option “Extract Log”, elles seront sauvegardées en “Fichier.txt”.
Log : Si vous cliquez sur ce bouton lorsqu’est inscrit dans la case “Call” un indicatif, vous enregistrez l’heure et le jour de l’appel dans un “Fichier.dat”.
Clear : Avec un clic sur ce bouton, vous effacez toutes les cases de la barre à l’exception de “Freq” et “PWR” dont le contenu peut être effacé par la touche d’effacement du clavier.
Find : Par un clic sur ce bouton, quand l’indicatif d’un radioamateur est inscrit (case “Call”), la liste de tous les QSO effectués avec ce radioamateur apparaît (figure 29).
Sinon, seuls les liaisons précédemment mémorisées apparaîtront, en cliquant sur “Log”.
Text Grab : Cette case (figure 30), placée sous le bouton “Macro”, est utilisée pour insérer un texte pouvant être tapé, glissé, collé ou encore inséré automatiquement en le sélectionnant et en faisant un clic droit dessus (dans ce cas la fonction Auto text select, figure 28, doit être habilitée). Ce texte est utilisé par les macros contenant le mot-clé ‘extgrab’. Le texte n’est pas sauvegardé et il est effacé quand on sort du programme.
Auto Text Select : Si cette option, placée en haut à droite de la fenêtre du Spectrum (figure 28), est habilitée, le texte sélectionné dans la fenêtre de réception est “capturé” automatiquement et inséré dans la case “Text grab” (clic droit de la souris). Si elle est déshabilitée, par un clic droit sur le texte sélectionné, on ouvre un menu offrant différentes options concernant l’endroit où la sélection doit être copiée (figure 31).

Figure 27 : Si vous tapez le nom de votre correspondant dans la première case de gauche marquée “Call” et que vous cliquez sur “Log”, vous pourrez mémoriser l’heure et la date du QSO.

Figure 28 : En habilitant la fonction “Auto Text Select” (voir la coche “” dans la case), vous pouvez insérer automatiquement l’indicatif de votre correspondant dans la case “Call” de la figure 27.

Figure 29 : Si vous insérez dans la case “Call” de la figure 27 l’indicatif d’un radioamateur et que vous cliquez sur “Find” (figure 27, à droite), la liste de tous les QSO avec celui-ci apparaîtra.

Figure 30 : Dans cette case vous pouvez taper un texte qui sera utilisé par les macros contenant la commande “Text Grab”.

Figure 31 : Si l’option “Auto Text Select” est déshabilitée, en cliquant sur un mot sélectionné, ce menu apparaît.

Le bouton inverseur RX–>TX
En cliquant sur ce bouton (figure 32), on choisit d’émettre à destination du radioamateur capté sur RX1 ou de celui reçu sur RX2. Cette commutation s’obtient aussi en cliquant directement dans la fenêtre de réception.

Figure 32 : Le TX est automatiquement accordé sur RX1, mais en cliquant sur “Switch to RX2” vous émettrez sur la fréquence de RX2.

L’afficheur de l’écran graphique
L’écran situé au centre du moniteur sert à visualiser tous les signaux des radioamateurs émettant en PSK31.
Spectrum : Par un clic sur cette inscription, apparaît la fenêtre de la figure 33, composée de 9 lignes horizontales dont chacune correspond à un saut d’amplitude de 10 dB. Tous les pics en “V” inversés les plus prononcés correspondent à des émetteurs qui transmettent en PSK31 : si vous voulez les “copier” (décoder), il suffit de pointer le curseur sur le sommet de ce pic en “V” inversé et de cliquer. Avec un clic gauche, le signal sélectionné sera défini comme celui de RX1 et le texte apparaîtra dans la première fenêtre de réception (figure 40). Alors qu’avec un clic droit il sera défini comme RX2 et le texte apparaîtra dans la seconde fenêtre de réception (figure 40).
Note : Le programme utilise la couleur verte sur fond noir pour RX1 et pour RX2 la couleur jaune sur fond gris.
Waterfall : Par un clic sur cette inscription, apparaît la fenêtre de la figure 34, c’est-à-dire une seule ligne horizontale. Les pics les plus prononcés correspondent à des signaux d’émetteurs transmettant en PSK31.
Pour les décoder, il suffit de pointer le curseur sur le sommet des pics en “V” inversé et de cliquer. Avec un clic gauche, le signal sélectionné sera défini comme RX1 et le texte apparaîtra dans la première fenêtre de réception. Alors qu’avec un clic droit il sera défini comme RX2 et le texte apparaîtra dans la seconde fenêtre de réception (figure 40).
Quand vous utilisez le graphe “Waterfall”, sous les pics de signaux apparaît une petite raie lumineuse (figure 34). Si elle n’apparaît pas, le signal reçu n’est pas transmis en PSK31.
Lorsque vous vous calez sur un signal PSK31, des couleurs apparaissent dans les colonnes indiquées “Squelch RX1-RX2” (figure 36).
Si l’amplitude du signal est optimale, la couleur atteint l’extrémité de la colonne et si, en revanche, elle est faible, il n’y aura pas de couleur dans la colonne et par conséquent le signal ne sera pas décodé.
Input : Par un clic sur cette inscription, apparaît le graphe d’entrée du signal (figure 17). Celui-ci sert à corriger le niveau d’entrée du récepteur sur la carte Sound Blaster. Si les niveaux d’entrée sont trop élevés, l’afficheur montre des sinusoïdes rouges : le niveau est correct quand les sinusoïdes ne sont pas rouges (voir “Settings”).
Data Sync : Ce graphe sert à voir si l’horloge est hors de la fréquence ou si la carte Sound Blaster est hors de la fréquence.

Figure 33 : Si vous cliquez sur “Spectrum”, cette fenêtre apparaît à l’écran.
Vous remarquerez tout de suite les stations qui émettent en PSK31. En effet, les pics de leurs signaux dépassent la trace horizontale du bruit de fond. Si vous pointez le curseur sur l’un de ces pics et faites un clic gauche, le signal capté sera défini par RX1. Si vous faites un clic droit, il le sera par RX2.


Figure 34 : En cliquant sur “Waterfall”, cette fenêtre différente apparaît. Si vous pointez sur l’un des pics et faites un clic gauche, le signal sera défini par RX1.
Si vous faites un clic droit, il le sera par RX2. En utilisant cette fenêtre vous comprendrez vite quelles sont les stations émettant en PSK31 car chacun de leurs pics est associé à une raie lumineuse verticale.


PHASE RX1-RX2
A droite de l’afficheur graphique apparaissent deux disques noirs marqués “RX1-RX2” (figure 31) : ils indiquent si le signal est un PSK31 et quel est son mode. En effet, la modulation PSK31 change la phase d’un signal de ±180° en correspondance avec les deux niveaux logiques 0 et 1. Dans ce cas, on parlera de BPSK, c’est-à-dire Binary PSK.
Le QPSK, c’est-à-dire Quaternary PSK, change la phase des deux niveaux logiques 0 et 1 à 0° - 90° - 180° - 270°.
Son utilisation n’offre des avantages que si le signal est perturbé par de nombreuses interférences et des parasites.
Mais pour des liaisons normales, on utilise toujours le BPSK. Ce dernier sera habilité en cliquant sur le cercle placé dans le rectangle “Mode”.

Les deux fenêtres verticales du SQUELCH
A gauche de l’afficheur graphique apparaissent deux fenêtres verticales portant la mention “Squelch RX1-RX2” : à l’intérieur, des colonnes de couleurs ne sont présentes que si le signal reçu est en PSK31 (figure 36).
Plus la colonne de couleur monte, plus grande est l’amplitude du signal capté.
Une petite barre horizontale de couleur bleue (sur le dessin de la figure 36, elle est noire), à l’intérieur de ces fenêtres, sert à préfixer le niveau de seuil du squelch. Pour déplacer cette barre, il suffit de cliquer sur le point où on veut la positionner. Nous vous conseillons de la placer au 1/4 de la colonne (figure 36). Si vous la placez en bas, vous recevrez plus de bruit que de signal et sur l’écran n’apparaîtront que des textes indéchiffrables.

Figure 35 : Si, dans les petits disques de Phase apparaît un “X” (voir RX1), il s’agit d’un signal BPSK parfaitement reçu. Si, en revanche, un double “X” apparaît (voir RX2), il s’agit d’un signal QPSK. Si le signal capté n’est pas un PSK, les petits disques ne comporteront qu’un “V”.

Figure 36 : Lorsque vous sélectionnez un signal PSK31 (figure 34), vous voyez monter dans la fenêtre du squelch une colonne de couleur. Plus elle montera haut, plus grande sera l’amplitude du signal. La barre horizontale sert àà prédéfinir le niveau de seuil du squelch.

La fenêtre FREQUENCY
En bas à gauche de l’afficheur graphique apparaît un cadre avec l’inscription “Frequency” (figure 37) et à l’intérieur trois petites cases où sont reportées les fréquences de calage de RX1-RX2 et TX.
La valeur de ces fréquences apparaît automatiquement lorsque l’on clique sur les pics (“V” inversés) des signaux apparaissant dans les fenêtres “Spectrum” et “Waterfall” (figures 33 et 34).
Les valeurs peuvent être modifiées manuellement en cliquant sur les deux petits boutons fléchés ou en tapant directement la valeur. Si la fonction AFC est habilitée, le programme est en mesure de corriger automatiquement les petits glissements de fréquence.
La fréquence d’émission peut être choisie en utilisant les boutons fléchés du TX. Si la fonction “Net” est habilitée, quand vous passez en émission vous êtes automatiquement calé sur la même fréquence que RX1. Pour vous régler sur RX2, il vous suffira de cliquer sur le bouton “Switch to RX2–>TX” (figure 32).

Figure 37 : Dans les petites cases de “Frequency” apparaissent les valeurs des fréquences que vous avez sélectionnées en cliquant dans les fenêtres des figures 33 et 34. Si vous avez habilité “Net” (case de droite), le programme émettra sur la fréquence de RX1.

Comment recevoir des signaux PSK31
Si vous avez un récepteur SSB pour ondes décamétriques, il vous suffira, pour recevoir tous les signaux PSK31, de disposer d’une bonne antenne, de construire l’interface EN.1487-1 (décrite dans ELM 29) et de posséder un PC.
D’abord, nous vous conseillons de vous régler (les radioamateurs disent “caler”) sur la fréquence 14 070,15 MHz et de choisir la fonction “Waterfall”. C’est seulement après avoir acquis un peu de pratique que vous pourrez essayer les autres fréquences.
Quand apparaissent sur le graphe “Waterfall” des pics en “V” inversé, et que vous voyez en dessous des raies lumineuses (figure 34), placez le curseur sur ces pics et cliquez. Si vous faites un clic gauche, ce signal sera défini RX1 (texte sur la bande 1 en haut) et si vous faites un clic droit, il sera défini RX2 (texte sur la bande 2). Voyez la figure 40.
Au fur et à mesure que le texte est reçu, la fenêtre se remplit : pour pouvoir le relire vous devez aller avec le curseur sur la barre latérale de défilement et faire défiler le texte verticalement, comme vous avez l’habitude de faire avec les applications sous WINDOWS. Pour effacer le texte de la fenêtre RX1, cliquez sur “Clear Rcv1”, pour effacer celui de RX2, cliquez sur “Clear Rcv2” et pour effacer les deux, cliquez sur “Clear All”.
Pour mémoriser les appels dans un Fichier.txt, sélectionnez dans le menu “File” (figure 11) l’inscription “Save Rx Text As…”. Les textes présents dans les fenêtres de RX1 et RX2 sont sauvegardés dans le même “Fichier.txt” l’un après l’autre. Pour mémoriser seulement le “Log”, il suffit de taper l’indicatif dans la case de la figure 27 et de cliquer sur “Log”.

Figure 38 : Pour choisir le port sériel COM pour connecter notre interface, vous devrez aller sur la ligne “Settings” (figure 13) puis pointer sur “General Setup” et, quand apparaîtra la fenêtre de la figure 19, vous devrez aller sur “Rig Control”. Cliquez dessus et la fenêtre ci-contre apparaîtra : vous devrez alors choisir le COM disponible. Ensuite cliquez sur “OK”.

Comment transmettre les signaux PSK31
Pour recevoir et émettre en PSK31, il faut posséder un émetteur-récepteur SSB (BLU), une bonne antenne, l’interface EN.1487-1 et un ordinateur. Pour émettre, il faut relier à la prise sérielle du PC le câble doté de ses connecteurs appropriés (tout cela est expliqué dans l’article précédent).
Pour passer en émission, il vous suffit d’appuyer sur la touche F12, après avoir écrit sur la troisième bande (figure 40) le texte à transmettre. Pour cela, vous avez aussi à votre disposition tous les textes des “Macros”.
Le PSK31 utilise des caractères ASCII à 256 symboles : cela rend possible l’utilisation des caractères minuscules comme des majuscules, des accents, trémas, cédilles et autre tilde (~). Lorsque vous passez en émission, le bouton change de mention (RX->TX) et la LED près de F12 (figure 39) devient rouge et commence à clignoter. Le texte à transmettre apparaissant sur la troisième bande change de couleur au fur et à mesure de l’émission : il passe, caractère après caractère du rouge (à transmettre) au jaune (transmis).
Pour repasser en réception appuyez de nouveau sur F12 : la mention jaune clignotante “Finish” apparaît et la LED clignote aussi en jaune. En réception, la mention RX apparaît et la LED devient verte.

Figure 39 : Ce bouton, apparaissant en bas de la fenêtre de la figure 10, sert à passer de réception en émission. Au lieu de pointer le curseur vous pouvez simplement presser F12 au clavier.

Figure 40 : Dans les 2 premières bandes du haut visibles à l’écran, apparaissent les textes reçus en RX1 (en vert) et en RX2 (en jaune). Dans la troisième bande en bas, apparaît le texte que vous voulez transmettre à votre correspondant (en rouge). Le texte à transmettre peut être tapé directement au clavier ou bien récupéré dans les macros mémorisées par les boutons de fonction de F1 à F10.

Pour conclure
Comme nous le disions au début de cet article, si vous suivez attentivement nos instructions vous pourrez exploiter, sans problème et pour votre plus grand plaisir, le programme “WinPSKse201”.
Avec un peu de pratique, vous deviendrez vite un expert.

Note : A propos des termes “habiliter/déshabiliter” employés dans cet article.
Ils sont au logiciel (software) ce qu’“activer/désactiver” sont au matériel (hardware). Pourquoi ne pas profiter au maximum des richesses créatrices de notre langue ?

Fin.

1er Partie
L’interface

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...