Une “sonnerie” de téléphone lumineuse

Ce circuit, permet de faire clignoter une ampoule 220 volts, chaque fois que le signal de sonnerie est présent sur la ligne téléphonique.

Il s’avérera d’une grande utilité pour tous ceux qui travaillent dans une ambiance très bruyante où le niveau normal de la sonnerie ne suffit pas. Ce montage trouvera également son emploi dans un studio d’enregistrement où une sonnerie ne serait pas la bienvenue.

Les mamans apprécieront également ce système d’alerte silencieuse durant le sommeil de bébé.



Figure 1 : Photo du circuit installé dans son boîtier plastique. Au bornier à 4 pôles, vous connecterez l’ampoule et la tension pour l’alimenter (voir figure 4).



Ceux qui, pour une raison ou pour une autre, ne peuvent ou ne veulent entendre la sonnerie du téléphone, se rendront immédiatement compte de l’utilité de cet avertisseur lumineux qui fait clignoter une ampoule 220 volts à chaque appel téléphonique.

Bien entendu, en lieu et place de l’ampoule, il est possible de relier la sortie de ce circuit à un avertisseur acoustique au son plus ou moins puissant, prévu pour fonctionner avec la tension alternative du secteur.

Pour peu que l’on utilise un transfo adéquat, on pourra brancher sur la sortie à peu près n’importe quoi pouvant clignoter !

Avant de poursuivre, il faut préciser que lorsque le combiné est raccroché, nous trouvons une tension continue d’environ 48 volts sur la ligne téléphonique. Cette tension chute brusquement aux environs de 10 à 12 volts lorsque le combiné est soulevé.

Lors d’un appel entrant, une tension alternative d’environ 80 volts est présente sur la ligne. Cette tension est, bien entendu, en mesure de faire retentir la sonnerie du téléphone mais pas d’allumer une ampoule.

Nous allons voir comment, avec un petit montage de quelques composants, il est possible d’allumer en toute sécurité, avec la tension de sonnerie, une ampoule 220 volts de 40 à 100 watts.







Le schéma électrique

Lorsque nous avons terminé la composition d’un numéro téléphonique, le central envoie une tension d’environ 80 volts sur les deux fils de la ligne téléphonique destinataire de l’appel. C’est cette tension que le téléphone utilise pour faire retentir sa sonnerie.

La résistance R1 et le condensateur C1, connectés aux deux fils de la ligne téléphonique (voir figure 2), prélèvent cette tension alternative et l’appliquent aux bornes du pont redresseur RS1 qui, comme de bien entendu, se charge de la redresser.

Le condensateur C1, de 1 microfarad, placé sur l’entrée du pont redresseur RS1 permet de laisser passer uniquement la tension alternative de 80 volts et non la tension continue de la ligne qui se situe, comme nous l’avons déjà vu, aux environs de 48 volts.

La résistance R1, de 2 200 ohms, placée sur l’entrée opposée du pont redresseur, permet de ne pas surcharger la ligne téléphonique.

La tension pulsée sortant du pont redresseur est nivelée par le condensateur C2, puis appliquée sur la diode zener DZ1, de 33 volts. Après être passée par la résistance R3, de 5 600 ohms, elle est à nouveau nivelée par le condensateur C3.

La tension présente aux bornes du condensateur électrolytique C3, active la diode émettrice qui se trouve dans l’opto-coupleur OC1 et, en conséquence, le photo-diac présent dans ce même OC1 devient conducteur, excitant le triac référencé TRC1.

Ce dernier, devenant conducteur, permet d’allumer l’ampoule reliée sur la patte A2, à chaque coup de sonnerie du téléphone.

Comme vous l’avez déjà compris, l’opto-coupleur OC1, utilisé dans ce montage, sert à isoler électriquement la ligne téléphonique de la tension 220 volts du secteur.



Figure 2 : Schéma électrique de la “sonnerie” téléphonique lumineuse.

La simplicité de l’électronique est sans comparaison possible avec les services rendus !




Figure 3 : Brochages de l’opto-coupleur vu de dessus avec son repère de positionnement placé à gauche et brochage du triac vu de face.



Figure 4 : Schéma, d’implantation des composants du circuit permettant d’allumer une ampoule à chaque sonnerie téléphonique.

Dans les deux prises femelles placées en bas, seront insérées les fiches mâles visibles sur la figure 7.




Figure 5 : Photo du circuit imprimé avec les composants en place.

Lorsque vous insérerez l’opto-coupleur OC1 dans son support, rappelez-vous de placer son repère-détrompeur vers la gauche (voir figure 4).




Figure 6 : Dessin, à l’échelle 1, du circuit imprimé de la “sonnerie” lumineuse.



Liste des composants

R1 = 2,2 kΩ

R2 = 10 kΩ

R3 = 5,6 kΩ

R4 = 150 Ω

R5 = 2,2 kΩ

C1 = 1 μF pol. 250 V

C2 = 100 nF pol. 250 V

C3 = 10 μF électrolytique

C4 = 100 nF pol. 630 V

DZ1 = Diode zener 33 V

RS1 = Pont redresseur 200 V 1 A

TRC1 = Triac BT137

OC1 = Opto-coupleur 3020



Divers :

1 Bornier 4 pôles

1 Cordon secteur 220 V

1 Câble téléphonique 2 mètres avec

2 prises mâles

1 Boîtier Teko ou Technibox





La réalisation pratique

Tous les composants utilisés pour ce montage prennent place sur un petit circuit imprimé et sont disposés suivant le schéma d’implantation de la figure 4.

En premier lieu, mettez en place les deux prises téléphoniques femelles type RJ.

Dans la prise de gauche viendra prendre place la fiche mâle équipant le fil à relier à la ligne téléphonique. Dans celle de droite, on raccordera la fiche mâle du fil à relier au téléphone (voir figure 7).

Après ces deux prises, vous pouvez insérer, sur le circuit imprimé, les cinq résistances, la diode zener (en veillant à son orientation) et le support destiné à recevoir l’opto-coupleur OC1.

Terminez ensuite par les condensateurs polyester C1, C2 et C4, le condensateur électrolytique C3 (attention à sa polarité), le pont redresseur (attention à son sens) et, enfin, le triac TRC1, en prenant soin de positionner la partie métallique de son corps vers l’extérieur du montage.

Si, à la place de l’ampoule 220 volts, vous voulez utiliser une sonnette ou un carillon, fonctionnant avec une tension alternative de 24 à 28 volts, il faut supprimer du bornier le cordon secteur relié au 220 volts et le remplacer par une source de tension alternative de 24 à 28 volts.

Vous pouvez également connecter le primaire 220 volts d’un transfo adéquat en lieu et place de l’ampoule pour alimenter sous n’importe quelle tension, n’importe quel appareil pouvant clignoter.



La connexion au téléphone

Avant d’installer le circuit imprimé dans son boîtier, il faut avoir mis en place l’opto-coupleur dans son support, en prenant soin d’orienter son repère de positionnement, un petit “o” sur un côté de son corps, vers le condensateur C2.

Après avoir ouvert le coffret, retirer les faces avant et arrière. Dans la face avant, pratiquez une ouverture pour permettre le passage des deux prises femelle. Dans la face arrière, percez deux trous de 6 millimètres de diamètre, un pour le passage du câble 220 volts et l’autre pour le passage du câble devant alimenter l’ampoule.

Placez votre montage à proximité de votre appareil téléphonique. Retirez de ce dernier, le cordon équipé de la fiche mâle venant de la ligne téléphonique et insérez-le dans l’une des deux prises de l’appareil.

La liaison de l’appareil au poste téléphonique doit être réalisée à l’aide du cordon équipé de 2 fiches mâles, dont l’une sera connectée à la prise femelle restante du montage et l’autre sur le téléphone (voir figure 7).



Figure 7 : Dans l’une des deux prises RJ présentes sur la face avant, il faut insérer la fiche mâle provenant de la ligne téléphonique. Un câble de 2 mètres équipé de deux fiches mâles servira pour relier l’appareil au poste téléphonique.

1 commentaires:

  1. Je n'ai pas la possibilité de me procurer un opto coupleur . Pourais tu me proposer un montage avec un relais par exemple.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...