Un interrupteur crépusculaire pour automobile

Figure 1 : Schéma électrique de l’interrupteur crépusculaire.

Le but de cet appareil est d’automatiser la mise en fonctionnement des feux de position d’un véhicule, à la nuit tombée ou lors d’une baisse de luminosité en général (temps pluvieux, tunnel, etc.).
Avant de passer à l’examen du schéma électrique de la figure 1, il faut signaler que la tension de 12 volts nécessaire au fonctionnement de l’appareil doit être prélevée après le contact. Cela signifie que le 12 V ne sera disponible que lorsque la clef de contact est insérée et tournée.
Si ce n’était pas le cas, dès que la voiture serait parquée dans l’obscurité, même en plein jour (dans le garage par exemple), les feux de position s’allumeraient, déchargeant irrémédiablement la batterie avec les conséquences que vous imaginez.
Au regard du schéma électrique, on peut noter que la tension de 12 volts, passant au travers de la diode DS1, parvient au relais de 12 volts ainsi qu’à l’entrée du régulateur de tension IC1, un 78L05.
La tension stabilisée de 5 volts présente sur la patte de sortie est appliquée à travers la résistance R2 et le potentiomètre R1 sur la base du transistor TR1 et sur la photorésistance FR1. La résistance R2 de 4,7 kilohms empêche que le 5 volts ne se retrouve directement sur la base de TR1 lorsque le trimmer est à son minimum.
Lorsque la photorésistance est exposée à la lumière, sa résistance descend sur une valeur assez basse (quelques centaines d’ohms) et, dans ce cas, la base du transistor ne reçoit pas la tension de polarisation requise pour son déblocage, le relais reste donc au repos.
Par contre, si la photorésistance se trouve plongée dans l’obscurité, sa valeur grimpe aux alentours de 100 kilohms ou plus, ainsi, la tension présente sur la sortie du trimmer R1 peut atteindre la base de TR1 afin de la polariser.
De la sorte, le transistor devient conducteur, faisant coller le relais.
En conséquence, si on connecte en parallèle les contacts de ce relais sur l’interrupteur qui commande les veilleuses, celles-ci s’allumeront.
Le condensateur électrolytique C3 de 4 700 μF placé en parallèle sur la bobine du relais et sur la diode DS2 a pour fonction de retarder de quelques secondes la désexcitation du relais.
Ce condensateur est nécessaire afin d’éviter, lors d’un passage nuageux très bref ou lors du passage sous un tunnel, que le module soit activé et désactivé continuellement.
Le réglage de cet accessoire peut facilement être effectué de la façon suivante : Après avoir connecté la photorésistance près du pare-brise, il faut attendre l’obscurité de la nuit et, dès que vous jugez qu’il faut allumer les veilleuses, tournez lentement le trimmer R1, préalablement placé à mi-course, jusqu’au moment où le relais est excité.

Liste des composants
R1 = 220 kΩ trimmer
R2 = 4,7 kΩ 1/4 W
C1 = 100 μF 16 V électr.
C2 = 10 μF 16 V électr.
C3 = 4 700 μF 16 V électr.
TR1 = NPN BC337
IC1 = Régulateur 78L05
DS1 = 1N4007
DS2 = 1N4007
FR1 = Photorésistance quelconque
RL1= Relais 12 V 1 ou 2 RT


Figure 2 : Brochage du transistor et du régulateur vus de dessous.

1 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...